Jeux de grattage : une honnête gagnante se fait arrêter

Une gagnante de jeux de grattage a vécu une mésaventure au mois d’octobre dernier. En dépensant le gain de son billet, elle a été arrêtée par la police.

Une mauvaise surprise pour Armelle Dernoncourt

Armelle Dernoncourt a gagné à un jeu de grattage dans une filiale PMU de son village à Bauvin le 18 octobre dernier. Heureuse d’avoir gagné la somme de 100 euros, elle empoche directement le billet délivré par l’employé. Elle se rend ensuite dans une zone commerciale de la ville pour y  acheter des articles d’une valeur de 10 euros. Mais au moment de payer, elle s’aperçoit que le billet ne passe pas au détecteur.

Une interpellation immédiate

Rapidement alertée, la police est venue sur les lieux peu de temps après. Armelle est directement embarquée et amenée au commissariat. Là-bas, elle est surprise par le traitement que les policiers lui infligent. Ces derniers la prennent en photos de profil et de face, avec et sans lunettes, et la fichent. Au bout du compte, sa bonne fois est reconnue et son casier judiciaire reste donc intact.  Elle garde toutefois un mauvais souvenir de ces quelques heures passées au commissariat.

Un souvenir amer

Finalement, le patron du café PMU a remboursé le billet de 100 euros d’Armelle. Le faux billet viendrait d’un client de passage. Le patron a d’ailleurs reconnu que son magasin ne devrait pas accepter un si gros billet venant d’un client. Armelle a donc été victime d’un faussaire. Si tout finit bien pour Armelle, elle ne s’est pas encore remise de cette mésaventure, et a décidé de témoigner pour éviter que d’autres personnes ne subissent le même sort.

Paris sportifs aux USA : la légalisation est pratiquement en marche

Adam Silver, commissionnaire de la NBA, a affirmé que les paris sportifs pourraient être légalisés sur les rencontres de basket-ball, mais qu’il est important de mettre en place des mesures de contrôle des pratiques.

Historique des paris sportifs aux USA

Les paris sportifs sont interdits aux États-Unis, hormis dans quelques états comme le Nevada. Toutefois, il faut savoir que la réglementation est très stricte dans ces états qui font l’objet d’une exception. Parmi les principales raisons de cette décision figure le fait qu’il y a quelque temps encore, le sport universitaire américain était victime de matchs truqués et autres pratiques frauduleuses, à cause des paris sportifs. Tous étaient alors traumatisés par les paris sportifs, notamment les différentes ligues comme celle du football américain, du basket-ball, du hockey sur glace, etc. Pour ces différents acteurs, cette interdiction était la seule manière de préserver la crédibilité du sport aux États-Unis.

Vers une ouverture certaine

Et pourtant, les arguments économiques semblent vouloir changer les choses. Si l’ancien patron de la NBA, David Stern, était contre toute légalisation des paris sportifs au sein de la ligue nord-américaine, son successeur se montre plus souple sur le sujet. En effet, le nouveau commissionnaire de la NBA, Adam Silver, a annoncé que les paris sportifs pourraient être bénéfiques si un encadrement efficace est mis en place. Il a d’ailleurs comparé les paris sportifs avec l’alcool et autres en affirmant que l’exclusion n’est pas obligatoire tant que les pratiques sont couvertes contre les abus en tous genres notamment grâce à des stratégies de contrôle. Adam Silver a d’ailleurs ajouté que cette légalisation était inévitable, et que le mieux à faire reste de mettre en place au plus tôt la régulation de ces paris pour protéger le sport.

Jackpot aux jeux d’argent : comment bien gérer la situation

190 millions, c’est la somme qu’a remportée un joueur portugais lors du dernier tirage de l’Euro Millions. Nombreux à avoir rêvé de décrocher cette cagnotte, sans se douter de l’éventuel revers de médaille de cette situation.

Forcément, les personnes qui jouent aux jeux de grattage comme l’Euro Millions rêvent toutes de gagner le jackpot et de changer radicalement de vie. Ceux qui ont pu gagner de telles sommes jeux affirment presque tous que leur vie a changé, mais pas toujours de la manière escomptée.

Certes, gagner beaucoup d’argent apporte beaucoup plus de confort et de luxe, mais cela entraîne également de grosses insomnies et des crises de panique. Par exemple, d’anciens gagnants ont affirmé ne pas dormir pendant des jours en attendant que la FDJ leur donne un rendez-vous pour la remise du chèque. Certains ont eu peur de perdre le fameux ticket, tandis que d’autres étaient tout simplement angoissés par ce revirement de situation pour le moins atypique dans la vie d’une personne lambda.

À cela s’ajoute également la gestion de la discrétion. Presque tous les gagnants de ces jeux de grattage souhaitent garder l’anonymat, afin de ne pas être sollicités par la presse et les curieux. Bien évidemment, cela garantit également leur sécurité vis-à-vis des personnes mal intentionnées. Mais se pose le problème du tri : à qui le dire et à qui le cacher ? Et si une des personnes au courant venait à en parler, ce qui ferait répandre la nouvelle comme une trainée de poudre ?

Lors de gains aussi importants, il est donc important de garder les pieds sur terre et de continuer à vivre comme si de rien n’était. En effet, il est évident que la vie dont ces personnes rêvaient ne comportait ni paranoïa ni nuits blanches.

source : lefigaro.fr

Législation des jeux d’argent en ligne : la Suède expédiée devant la Cour de Justice de l’UE

La Commission européenne a récemment saisi la Cour de justice de l’Union européenne. Motif : une législation incohérente sur les jeux d’argent en ligne.

Le 16 octobre dernier, la Commission européenne a finalement décidé de renvoyer la Suède devant la Cour de justice de l’Union européenne pour la non-conformité de sa législation régissant les services de paris et de poker en ligne.

Il s’avère en effet que cette institution européenne reproche à la Suède d’avoir imposé des restrictions relatives à l’organisation des jeux de hasard et des jeux d’argent en ligne ; ce qui est incompatible avec le droit mis en place par l’Union européenne.

Il faut dire que la Comission Européenne a fait preuve de beaucoup de patience à l’égard de la Suède. En effet, avant de saisir cette cour, la Commission européenne a par deux fois averti la Suède. Le premier avertissement remonte à 2007, et le second au mois de novembre 2013. À noter qu’en 2007, avec la France et la Grèce, la Suède a reçu un avertissement incitant les autorités compétentes à rectifier certaines entraves à la libre prestation des services de paris sportifs.

La deuxième raison pour laquelle la Suède se retrouve au banc des accusés devant la Cour de justice de l’Union européenne se résume à ceci : ce pays restreint la fourniture de services de poker en ligne et leur publicité et dans le même temps, il tolère la publicité de ces jeux d’argent ainsi que les offres non autorisées. De plus, la Commission européenne estime que le détenteur de ce droit exclusif – une société sur lequel l’Etat suédois a la mainmise – n’est pas soumis au contrôle des autorités.

Les activités des cercles de jeu bientôt légiférées

Les cercles de jeu en France pourraient perdre leur statut et devenir de simples casinos, pour des raisons fiscales et de sécurité.

Il se peut que bientôt, les cercles de jeu français deviennent des casinos classiques, soumis à des contraintes identiques à celles des entreprises. En effet, ces établissements cachent de très grosses sommes d’argent au fisc, ce qui a poussé le gouvernement à mener un projet qui vise à les légiférer. Tous les privilèges des cercles de jeu leur seraient alors retirés si ledit projet venait à voir le jour et les activités ultras lucratives de ces établissements.

Pour rappel, c’est après la Seconde Guerre mondiale que les cercles de jeu son nés. La France ayant une dette envers la Corse a décidé de récompenser celle-ci pour services rendus, notamment à travers des cercles de jeu dotés d’avantages très lucratifs. En effet, ces établissements ont le droit d’organiser des jeux d’argent sans avoir à supporter les charges fiscales afférentes, dans la mesure où elles exercent cette activité avec un statut d’association.

Mais les dérives financières en tous genres coûtent beaucoup trop à l’État : ces établissements réalisent des profits incommensurables, mais dissimulent une trop grande partie au fisc. De plus, ces revenus en ont fait des cibles très intéressantes pour les familles mafieuses qui se livrent en coulisse à une guerre des gangs. C’est pourquoi le gouvernement a hâte de régulariser une situation bancale depuis trop longtemps et contrôler les activités des cercles de jeux comme il le fait pour les casinos classiques.

Pour limiter les risques de fraudes fiscales, l’État exige de ces établissements l’installation de caméras de surveillance ainsi que l’instauration d’une comptabilité transparente et stricte.

Nouveau PDG de la FDJ : Stéphane Pallez en tête de liste

Récemment, le Chef de l’État vient de proposer l’actuelle dirigeante de la CCR, Stéphane Pallez, au poste de PDG de la Française des jeux pour succéder à Christophe Blanchard-Dignac. La nomination de cette énarque de 55 ans n’est plus qu’une question de jour.

À quelques jours avant la fin du mandat de l’actuel dirigeant de la Française des jeux, Christophe Blanchard-Dignac, prévue le 21 octobre prochain, le groupe vient d’organiser un conseil d’administration qui s’est déroulé lundi dernier afin de nommer son nouveau PDG. Outre les différentes entreprises publiques, l’État détient 72 % des actions de la FDJ. À l’issue de la réunion, François Hollande a tranché pour Stéphane Pallez pour devenir administratrice du groupe bien que plusieurs noms avaient été mentionnés comme Mireille Faugères, André Martinez ou Florence Parly.

La proposition officielle de l’État est juste une première étape pour l’actuelle PDG de la Caisse Centrale de Réassurance. Si François Hollande lui accorde une telle faveur, c’est qu’elle remplit les conditions nécessaires pour diriger la Française des jeux. Dans les années 1990 et 2000, cette énarque de 55 ans est déjà passée par la direction du Trésor, une expérience importante pour être à la tête de la FDJ. Entre 2004 et 2011, Stéphane Pallez a connu un véritable succès au sein de la direction de France Télécom avant d’occuper le poste actuel de PDG de la CCR. Son dernier atout : c’est qu’elle est une femme, or l’État désire promouvoir des profils différents à la tête des entreprises.

Toutefois, sa nomination officielle dépendra encore de l’assemblée générale de la FDJ qui aura lieu vers la fin du mois d’octobre. Par ailleurs, un communiqué de presse a annoncé que l’État a l’intention de réduire sa participation à la FDJ de 20 % afin d’améliorer sa politique d’investissement public et désendettement. Il compte donc sur sa candidate pour mener à bien sa fonction une fois nominée.

source: le figaro

 

13 ans pour rembourser une somme dépensée aux casinos!

Oui, une erreur de la banque peut tourner au cauchemar. Un Néo-Zélandais en a fait les frais, après avoir dépensé la coquette somme de 142 000 dollars aux jeux d’argent.

Une affaire peu ordinaire vient d’être traitée au tribunal d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Un homme Mehdi Soheili est accusé de vol. Et pour cause, une erreur de la banque a fait que la somme de 142 000 dollars soit 90 000 euros a été virée sur son compte en banque. Joueur compulsif, Mehdi a préféré se diriger vers les casinos plutôt que de déclarer l’anomalie. En seulement huit jours, Mehdi aura déjà perdu les deux tiers de la somme. Il ne lui faudra alors pas longtemps pour tout perdre.

La banque ne se rend compte de son erreur que beaucoup plus tard, et bien entendu, l’accusé n’est plus en mesure de rembourser la somme due. Au tribunal, son avocat plaide pour un malheureux délit d’opportunité. Souhaitant préserver son intimité et sa carrière, Mehdi demande à la cour que son nom ne soit pas dévoilé, mais les juges ne donneront pas une réponse favorable à cette requête. D’ailleurs, les 7 autres délits qu’il a commis dans le passé et pour lesquels il a été condamné ne plaident pas vraiment en sa faveur.

Ne pouvant pas rembourser la somme en une seule fois, les juges ont estimé qu’il devra payer 150 dollars par semaine à la banque. À ce rythme, il lui faudra alors treize ans pour restituer la somme entière. Le tribunal estime d’ailleurs avoir été clément, dans la mesure où aucune peine de prison n’a été prononcée à l’encontre de l’accusé. Il se pourrait tout de même que des travaux d’intérêt général soient exigés de lui. La justice rendra son verdict définitif dans quelques semaines.

source : sudouest

L’État souhaite céder une part de ses actions à la FDJ

À ce jour, l’État français détient 72 % des actions de la Française des jeux. Mais pour alléger son endettement, il compte céder une partie de ses parts au secteur privé.

L’État envisage de céder une partie de ses actions de la FDJ

D’après le quotidien Le Monde, l’APE ou Agence des participations de l’État aurait consulté des banques d’affaires en relation avec la Française des jeux. Le gouvernement aurait décidé de réfléchir sur la question de réduire ses actifs au sein de la FDJ, afin de générer des revenus et réduire la dette publique. Pour rappel, l’État français dispose actuellement de 72 % du capital de la FDJ. Toujours d’après Le Monde, cette réflexion s’inscrit dans le cadre d’une politique plus expéditive de la gestion des participations publiques que le gouvernement a annoncée en début d’année.

Ce n’est pas une fatalité, estime le président de l’APE

De son côté, la Française des jeux n’a pas souhaité commenter cette affirmation, et a affirmé que c’est le PDG Christophe Blanchard-Dignac lui-même qui exprimera prochainement le point de vue de la société. Le nouveau président de l’APE Régis Turrini a quant à lui affirmé que même si l’État venait à réduire de 72 % à 50 % ses actions à la FDJ, cela n’aurait pas d’impact négatif sur les résultats commerciaux de cette dernière. Pour illustrer sa théorie, il rappelle le cas de l’Italie qui a privatisé la société de loterie nationale : la firme fait aujourd’hui plus de bénéfices que jamais. Il faut savoir que la FDJ monopolise actuellement les jeux à gratter et le loto en France, avec un chiffre d’affaires de 12,35 milliards d’euros pour l’année 2013. Par rapport à l’année 2012, ce chiffre a donc progressé de 1,8 %.

 

Jeux d’argent : les joueurs responsables font l’objet d’une étude

Pour lutter contre la dépendance aux jeux, des scientifiques ont eu l’idée d’analyser le comportement des joueurs responsables. Il s’agit d’une première puisque ce sont souvent les joueurs accros qui font l’objet d’études.

Jouer de manière responsable

Dans le cadre d’une étude sur les jeux d’argent, des scientifiques britanniques ont entrepris d’analyser le comportement de joueurs responsables. Contrairement aux joueurs impulsifs et dépendants, ces derniers sont en effet conscients de leurs agissements. Ils se fixent une mise maximum sans dépenser plus qu’ils ne peuvent. Le gain n’est donc pas un objectif puisque les sommes dépensées ne vont jamais au-delà d’une certaine somme. Pour les chercheurs, l’étude vise surtout à mettre en avant cet aspect peu connu des jeux d’argent : un passe-temps offrant à qui le souhaite la possibilité de se divertir et s’amuser. Ils démontrent ainsi qu’une personne peut jouer sans nécessairement risquer la dépendance.

Les jeux en ligne moins addictifs que les casinos

Selon l’étude, 9 joueurs responsables sur 10 préfèrent miser sur les sites de jeux en ligne. Il semble ainsi que ces derniers ne sont pas aussi dangereux que les autorités le laissent croire. Bien qu’accessibles grâce à Internet, ils ne provoquent qu’un risque d’addiction réduit. Jouer seul présenterait de ce fait moins de risque que jouer autour d’une table. À l’inverse, il s’avère que l’influence des autres incite à miser plus et conduit souvent à la dépendance. Les joueurs compulsifs dépensent en effet leur argent pour oublier leurs problèmes : ils sont donc plus attirés par l’aspect social du jeu que par l’envie de gagner. Le psychologue Richard Wood, spécialisé dans la dépendance au jeu, a d’ailleurs déjà affirmé que ces résultats contribueront inévitablement à l’évolution des conseils donnés aux joueurs.

Paris sportifs : le New Jersey vers une politique d’ouverture ?

Aucun des États des USA n’admet des paris sportifs légaux, à l’exception d’un seul : le Nevada. Il se pourrait toutefois que cela change un jour.

Pour comprendre la situation actuelle, il faut remonter à l’année 2012, où l’état du New Jersey voulait tout miser sur l’attractivité du jeu pour faire légaliser les paris sportifs sur son territoire. Mais une coalition composée par le département de la Justice américaine ainsi que des ligues de sports américaines comme la NFL, la NHL, la MLB ou encore la NBA s’est dressée contre ce projet. Finalement, la mesure n’a pas vu le jour. Parmi les fervents opposants à cette loi, il y avait un certain David Stern, alors patron de la NBA. Ce dernier était hanté par l’idée que les accros des paris finiraient par « salir » le jeu et par ricochet miner la crédibilité de la NBA

Mais deux années plus tard, la roue a tourné. Si l’État de New Jersey n’a pas cessé de se battre pour empêcher la légalisation des paris sportifs, la NBA semble avoir changé de partition. Et pour cause : David Stern a cédé la place de numéro un de la NBA à Adam Silver. Ce dernier, conscient des retombées économiques que pourrait connaître la ligue de basket-ball a estimé qu’il était temps d’appliquer une politique d’ouverture, à savoir la légalisation et la règlementation des paris sportifs à un moment où la majorité des États sont en difficulté financière. À titre de rappel, le Nevada a comptabilisé 3,6 milliards USD de paris sportifs en 2013, alors que dans le reste des États-Unis, ce sont plus de 380 milliards USD qui ont été joués de manière illégale.

Pages: Precedent 1 2 3 4 5 6 ... 29 Suivant