Jeux d’argent en Suisse : une révolution se prépare

En préparation depuis quelques mois, le rapport portant sur les lois encadrant les jeux d’argent et les casinos en Suisse devrait être publié en mars prochain. A quoi les casinos et les joueurs suisses doivent-ils s’attendre ?

Priorité aux opérateurs suisses

L’Office fédéral de la justice suisse rendra son rapport d’observations sur la règlementation des jeux d’argent et des jeux de hasard dans la Confédération helvétique. Ce compte-rendu devrait notamment trancher sur la pertinence de la loi actuelle, qui interdit tous les paris sportifs en ligne et les sites de jeux de hasard made in Suisse, mais autorise les mises sur les sites étrangers. En se basant sur les informations qui ont filtré durant la rédaction du rapport, il semble fort probable que la justice suisse s’apprête à effectuer un changement de cap majeur. Si le projet de loi est adopté, les joueurs suisses devront alors jouer uniquement sur les sites et plateformes des opérateurs basés en Suisse ou titulaires d’une licence suisse, l’offre des opérateurs étrangers devant être interdite.

Un revirement avantageux, pour nombre d’observateurs

Les défenseurs d’un tel revirement avancent quelques arguments plus ou moins valables. Ce choix constitue, selon eux, un important coup de pouce aux établissements de jeu, dont les revenus baissent de 5 à 8 % par an depuis 4 ans. Cette décision serait également un bon début pour renforcer la lutte contre les matchs truqués, le blanchiment d’argent et l’addiction aux jeux d’argent. Les joueurs bénéficieront en contrepartie d’une offre légale plus fiable à bien des égards, les plateformes en ligne étant gérées par des établissements terrestres présents sur le territoire suisse. Avantage toujours, la légalisation des paris en ligne et la fiscalité avantageuse qui les accompagne – avec une taxe sur les gains presque inexistante – devrait attirer de gros joueurs étrangers, notamment de poker, qui cherchent à fuir une pression fiscale de plus en plus contraignante en Europe et ailleurs.

Source: Les Echos

Paris sportifs : la FDJ s’associe avec le Comité International Olympique

En marge de la présentation de ses principaux objectifs en 2015, la Française des jeux a indiqué entre autres priorités le renforcement de sa collaboration avec le COI. Une meilleure surveillance des paris sportifs en est l’objectif principal.

Fdjeux
Fdjeux

La FDJ s’allie au Comité International Olympique

Le 28 janvier dernier, la Française des jeux a organisé une conférence de presse dans laquelle elle a détaillé tous ses engagements et objectifs au titre de l’exercice 2015. L’une des décisions phares de l’année en cours porte sur la signature d’un partenariat avec le Comité International Olympique, le but étant de renforcer la surveillance des paris sportifs transitant sur le site de la FDJ. La DFJ, première loterie et principal preneur de paris en France, pourra utiliser le système de monitoring du CIO.

Ce dispositif, baptisé Integrity Betting Intelligence System, ou Système d’information sur l’Intégrité des Paris Sportifs, est une plateforme de surveillance, qui détecte les moindres anomalies sur les sites de paris, et envoie automatiquement des alertes aux organismes qui ont signé un partenariat avec le CIO. Parmi les comportements anormaux détectés figurent notamment l’afflux massif de parieurs au cours d’un match sans enjeu, les mises anormalement élevées et les revirements soudains de paris au cours d’un match.

Un choix inédit et un coup bien senti

La FDJ n’est pas le premier organisme français à adhérer au système de monitoring du CIO. L’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne s’appuie déjà sur ce dispositif dans ses missions de surveillance, depuis les JO de Sotchi et la Coupe du Monde 2014. Par contre, la FDJ est bel et bien le premier opérateur de paris sportifs et la première loterie dans le monde à avoir signé un tel partenariat avec le Comité International Olympique.

Peut-être cette décision augure-t-elle une nouvelle ère, où tous les opérateurs de paris sportifs adhèreront à cet ambitieux système de monitoring. Peut-être restera-t-elle la seule à franchir ce pas. La FDJ réussit en tout cas à redorer son image grâce à cette action, quelle que soit la décision que prendront ses concurrents français ou étrangers. Dans un secteur d’activités où l’opérateur français a réalisé 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires, ça en valait bien la peine.

Carton plein pour la FDJ en 2014

L’année 2014 a été fructueuse pour la Française des Jeux : les ventes ont atteint des records, notamment en raison d’amélioration d’infrastructures, de la mise en place de nouveaux jeux, et surtout grâce à la CDM de football.

Fdjeux

Contrairement aux autres opérateurs de jeux comme le PMU, qui ont connu une année en demi-teinte, la FDJ s’en est sortie avec brio pour l’année 2014. En effet, la progression des ventes affichée par la Française des jeux a atteint les 5,2 %, propulsant le chiffre d’affaires à un nouveau record de 13 milliards d’euros.

Par rapport à l’année 2013 qui affichait une timide hausse de 0,9%, la FDJ a fait un bond énorme. Et pour cause, la Coupe du monde de football qui s’est déroulée au Brésil a stimulé les ventes de manière conséquente. À en croire le PDG de la FDJ, Stéphane Pallez, la coupe du monde de 2014 a affiché une augmentation de 50 % des mises, par rapport à l’édition de 2010 en Afrique du Sud. Il en a alors résulté 330 millions d’euros de revenus en plus par rapport à l’année 2013, sur tous les paris sportifs confondus.

Mais la FDJ doit également ce succès à la relance d’Euromillions, notamment l’ajout d’un tirage en plus : My Million. Ce tirage supplémentaire a valu au groupe des ventes d’Euromillions estimées à 1,6 milliard d’euros en 2014, soit une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente.

Mais il faut également souligner le fait que la Française des jeux a fait des efforts en 2014 pour moderniser ses points de vente. En effet, environ 8 000 des 30 000 et quelques points de vente existants en France ont été munis de terminaux, de manière à rendre plus rapide l’enregistrement des paris.

source: LeFigaro

Mamie Loto s’est éteinte 2 mois après sa condamnation

mamie loto

Yvette Bert dit Mamie Loto s’est éteinte le 25 décembre dernier au centre hospitalier de Helfaut, dans le Pas de Calais. Un an avant de mourir, elle a tout de même tenu à se justifier sur ses activités axées sur le Loto.

Mamie Loto succombe le jour même de Noël

Yvette Bert, surnommée affectueusement «Mamie Loto » s’est éteinte à 77 ans le 25 décembre dernier, après avoir été placée en soins intensifs une semaine avant sa mort, à cause d’une série de problèmes respiratoires. Épuisée de se battre pour rester en vie, Yvette a finalement succombé après avoir tenté de se suicider, un an auparavant. Et pour cause : elle s’est attiré les foudres de la justice, pour avoir organisé « au noir » des parties de loto. Elle a finalement été condamnée à 6 mois de prison, et au versement de 120 000 euros d’amende aux services fiscaux. Le tribunal considérait qu’il était illégal d’organiser, dans le cadre de son association, 169 parties de loto, sur une période de 4 ans, sans payer d’impôts.

Du loto au noir, mais pour la bonne cause

Lundi 29 décembre dernier — soit 4 jours après le décès d’Yvette Bert, La Voix du Nord a publié une lettre que Mamie Loto leur avait fait parvenir un mois auparavant, et dans laquelle elle détaillait sa propre version des faits qui lui étaient été reprochés. Yvette Bert précise dans sa lettre que pendant ces 4 années, aucune autorité n’est venue stopper ses activités, et révèle également que d’autres associations en ont même organisé davantage. Elle a également démontré sa bonne foi, et affirme n’avoir jamais gardé un centime sur les 460 000 euros récoltés lors de ces parties de Loto. Au nom de son association « Ensemble pour l’espoir », elle reversait ses gains auprès de différentes associations qui œuvrent pour l’enfance, et à celles qui luttent contre la mucoviscidose, sans en tirer profit.

Koh Lanta : le nouveau jeu à gratter lancé par la FDJ

Le célèbre jeu d’aventures de TF1, Koh Lanta, est devenu un jeu à gratter en France depuis le 5 janvier dernier. Les principes de l’émission n’ont pas été changés, pour rendre le jeu plus réaliste. En achetant un ticket à 3 €, les plus chanceux pourront gagner jusqu’à 30 000 €.

Koh Lanta jeu gratter

Nouvelle épreuve de Koh Lanta : se faire gratter pour empocher jusqu’à 30 000 €

Koh Lanta est le premier jeu d’aventures et téléréalité de TF1 à être converti en ticket de grattage. Pour la chaîne nationale française, ce projet représente une nouvelle source de revenus importante. Selon l’explication de la Française des jeux ou FDJ dans un communiqué, ce nouveau jeu à gratter est le fruit d’un partenariat solidaire avec le département de Licences de TF1, « Zodiak Media ».

Diffusée sur TF1 en aout 2001, l’émission de téléréalité et d’aventure française Koh Lanta, dont le tournage de la treizième saison se déroulera en avril prochain, est adaptée en ticket de grattage pour une durée de six mois. La FDJ a prévu de distribuer 30 millions de tickets à gratter. Et ceci, dans plus de 33 400 points de vente de France. La première vente a déjà commencé lundi dernier. Pour 3 € le ticket, il est possible de gagner jusqu’à 30 000 €.

En misant sur la notoriété et le succès de la marque Koh Lanta, la FDJ et TF1 espèrent tirer un bon profit de leur nouveau jeu. Pour donner vie à ce dernier, les deux partenaires ont décidé de garder les principes de base de l’émission. Les tickets comportent ainsi des cases en totems jaunes et rouges pour représenter les deux équipes. Chacune de ces cases correspond à cinq épreuves, à savoir la dégustation d’insectes, la course en radeau, la course d’orientation, le tir à l’arc, ainsi les poteaux.

FDJ : la privatisation n’aura pas lieu

Contre toute attente, le Ministère de l’Économie a récemment exprimé sa volonté d’annuler la privatisation de la Française Des Jeux.

Le Ministère de l’Économie annule le projet de privatisation de la FDJ

Le dimanche 07 décembre dernier, le Ministère de l’Économie a annoncé dans le journal Le Monde sa décision d’annuler le projet de privatisation de la Française Des Jeux. Pour rappel, le projet de privatisation de cette institution contrôlée à 72 % par l’État français a été étudié depuis 5 ans déjà, du temps de Nicolas Sarkozy. Le gouvernement français avait même envisagé en ce temps-là une ouverture à la concurrence du marché des jeux d’argent en ligne. Vers le début du mois d’octobre dernier, la nomination de Stéphane Pallez à la tête de la FDJ a ainsi laissé supposer la privatisation de cette institution, car il s’agit d’une personnalité marquante dans plusieurs procédures de privatisation, comme celles d’Air France, Gan ou Thomson.

La privatisation de la FDJ n’est pas une priorité !

Le projet de privatisation de la Française Des Jeux s’inscrivait dans une démarche de désendettement de l’État, afin de se focaliser davantage sur d’autres investissements jugés prioritaires comme le logement. Le gouvernement français avait alors envisagé de consacrer 20 ou 21 % des parts de la FDJ à ce projet de privatisation, tout en gardant 51 % du capital. Cette privatisation aurait ainsi permis à l’État de récupérer jusqu’à 400 millions d’euros. D’après les propos du ministre Emmanuel Macron, le gouvernement actuel procèdera prioritairement à la privatisation d’autres institutions, à commencer par les aéroports régionaux et les entreprises auxquelles l’État français dispose de droits de vote doubles.

Sources: lesechos/lexpansion

Loto : un autre gagnant en Lorraine

Encore une fois, la chance a souri aux joueurs de la Lorraine. En effet, c’est un habitant de Meurthe-et-Moselle qui a gagné le jackpot de 9 millions d’euros.

Le mercredi 10 décembre dernier, le jackpot du Loto a été remporté par un joueur lorrain. Ayant été le seul à trouver la bonne combinaison de chiffres, il empoche donc la bagatelle de 9 millions d’euros. Depuis le début de l’année, ce joueur est donc le 37e à gagner des millions grâce au jackpot du Loto, après une série de 7 remises en jeu. Et pourtant, ce participant de Meurthe-et-Moselle n’avait qu’une seule chance sur 19 millions de trouver la bonne combinaison et empocher le pactole.

Les gagnants ont été nombreux cette année dans la région de la Lorraine. Dans le département de la Moselle plus particulièrement, il ne s’agit pas du premier gain. En effet, un joueur de Boulay avait décroché la cagnotte de 2 millions d’euros lors du tirage du 13 août, en jouant seulement 10 euros dans un bar-tabac. Un autre chanceux a également gagné 16 millions dans les Vosges.

Idem pour un joueur en Meurthe-et-Moselle qui a également rempli son compte en banque grâce au Loto au cours du mois de décembre. En effet, ils étaient trois à se partager la somme de 15 millions d’euros, les deux autres gagnants étant de la Saône-et-Loire et de la Dordogne. Il est important de stipuler que le gagnant de Pont-à-Mousson, en Meurthe-et-Moselle, a validé son ticket au bar-tabac Le Brazza. Pour rappel, cet établissement fit déjà un heureux en 2005, qui empocha la somme d’un million d’euros.

source

Jeux de grattage : un gain incompris à Falck

 Au mois de septembre, une Falckoise a participé à un jeu de grattage, plus précisément aux Mots Croisés. Mais au lieu de remporter 1000 euros, elle n’en a eu que 6.

Comme tous les joueurs, Julian Kraemer a tenté sa chance en espérant gagner. Cette dernière a d’ailleurs eu l’air de lui sourire, car les huit mots entiers sont apparus sur la grille. D’après les règles du jeu, ce résultat devait lui donner droit à un gain de 1000 euros. Encore sous le choc, elle se rend alors chez la buraliste où elle a acheté son ticket. Cette dernière le passe au lecteur électronique, et lui annonce qu’elle n’aura finalement gagné que 6 euros en tout et pour tout. Bien évidemment, la buraliste elle-même ne comprend pas pourquoi ce dysfonctionnement a eu lieu.

Malgré l’immense déception ressentie, Julian Kraemer a tout de même pris les choses en main, et a contacté la Française des jeux pour demander des explications. La FDJ lui aurait alors demandé de poster le ticket original accompagné d’un bref résumé de la situation. D’après l’organisme, le traitement de cette demande prendrait environ 6 à 8 semaines. Mais le délai largement dépassé, Julian n’a toujours reçu aucune nouvelle de la FDJ. Elle contacte de nouveau cette dernière, qui lui annonce que le temps de traitement a été faussé en raison du nombre très important de demandes, car la période coïncidait avec l’Euromillions et sa supercagnotte de 190 millions d’euros. Aujourd’hui, Julian est toujours en attente d’une réponse qui devrait parvenir au cours du mois de décembre, tout en espérant un jour recouvrir les 994 euros qui lui sont dus.

Loto : une Marseillaise touche le jackpot

5 millions d’euros, c’est la somme qu’une Marseillaise a gagnée au loto il y a quelques semaines.

Loto

C’est dans un petit bar du 11e arrondissement de Marseille nommé « le Diplomate » qu’une femme a validé son ticket de loterie. Grâce à ses numéros 7-14-27-40-46-5, elle a pu toucher la bagatelle de cinq millions d’euros. Les habitués parleront pendant longtemps de ce jackpot remporté par une des leurs ! La gagnante du loto venait en effet jouer régulièrement au loto et aux autres jeux à gratter pour passer le temps. C’est devant la télévision qu’elle apprend que son dernier ticket en date venait de changer sa vie. À en croire les responsables de la Française des jeux, l’heureuse gagnante aurait décidé d’utiliser cet argent pour rénover sa maison entièrement, et pour passer des vacances avec son entourage et ses proches. En effet, dans le contexte actuel de crise, elle ne pouvait pas rêver mieux.

Pour la première fois cette année, un joueur du département des Bouches-du-Rhône décroche une aussi grosse somme. Mais il ne faut pas oublier que ce département compte déjà plusieurs chanceux depuis quelques années. À titre de rappel, c’est dans ce département que le jackpot de l’Euromillions a été remporté par 5 joueurs en 7 ans. Si le plus gros gain enregistré depuis fut en 2007 avec plus de 100 millions d’euros, le moins élevé était à Fos-sur-Mer en 2009 avec 2 737 597 euros. Bien évidemment, beaucoup de personnes rêvent encore de gagner au Loto, ne serait-ce que pour toucher ce plus petit gain enregistré à un peu moins de trois millions d’euros.

Ouest France lance son Grand jeu 7 à gagner avec de gros lots à la clé

Envie de gagner une nouvelle voiture ? Participez au jeu-concours organisé par Ouest France. Vous avez encore quelques semaines pour jouer et gagner.

Le Grand jeu 7 à gagner est de retour

Chaque année, les lecteurs d’Ouest France ont l’habitude du grand jeu 7 à gagner. Ce concours existe depuis 1958 et fait des heureux, grâce aux cadeaux prestigieux distribués. Cette fois, le magazine a fait fort en proposant des lots exceptionnels comme des voyages et des voitures. Le jeu-concours a lieu du 3 novembre au 21 décembre 2014. Pour participer, les lecteurs devront acheter une carte à gratter en sachant que l’enseigne a édité plusieurs millions de cartes.

Comment participer ?

Les cartes sont distribuées chaque lundi avec le journal acheté en kiosque. Il est également possible de jouer par téléphone. Le principe est simple. Si vous découvrez trois symboles identiques ou le symbole 7, vous gagnez le lot indiqué. Si vous participez par téléphone, il y a un gagnant toutes les 7 minutes avec des lots toujours aussi exceptionnels, comme une Xbox One, un écran plat, des mini chaines hi-fi ainsi que des coffrets-cadeaux.

Des lots d’une valeur de 250 000 euros à distribuer

Au total, le montant des lots atteint les 250 000 euros. Les plus chanceux pourront entre autres gagner une des trois voitures Renault. Les autres lots sont tout aussi intéressants, puisqu’une trentaine de voyages Fram, des bons d’achat, des appareils photo, des chèques, des livres, etc. sont également distribués. Le grand tirage de Noël aura lieu du 22 au 24 décembre. N’hésitez plus et tentez votre chance en vous procurant une ou plusieurs cartes à gratter dès maintenant.

source: O-F

Pages: Precedent 1 2 3 4 5 6 ... 29 Suivant