Mamie Loto s’est éteinte 2 mois après sa condamnation


mamie loto

Yvette Bert dit Mamie Loto s’est éteinte le 25 décembre dernier au centre hospitalier de Helfaut, dans le Pas de Calais. Un an avant de mourir, elle a tout de même tenu à se justifier sur ses activités axées sur le Loto.

Mamie Loto succombe le jour même de Noël

Yvette Bert, surnommée affectueusement «Mamie Loto » s’est éteinte à 77 ans le 25 décembre dernier, après avoir été placée en soins intensifs une semaine avant sa mort, à cause d’une série de problèmes respiratoires. Épuisée de se battre pour rester en vie, Yvette a finalement succombé après avoir tenté de se suicider, un an auparavant. Et pour cause : elle s’est attiré les foudres de la justice, pour avoir organisé « au noir » des parties de loto. Elle a finalement été condamnée à 6 mois de prison, et au versement de 120 000 euros d’amende aux services fiscaux. Le tribunal considérait qu’il était illégal d’organiser, dans le cadre de son association, 169 parties de loto, sur une période de 4 ans, sans payer d’impôts.

Du loto au noir, mais pour la bonne cause

Lundi 29 décembre dernier — soit 4 jours après le décès d’Yvette Bert, La Voix du Nord a publié une lettre que Mamie Loto leur avait fait parvenir un mois auparavant, et dans laquelle elle détaillait sa propre version des faits qui lui étaient été reprochés. Yvette Bert précise dans sa lettre que pendant ces 4 années, aucune autorité n’est venue stopper ses activités, et révèle également que d’autres associations en ont même organisé davantage. Elle a également démontré sa bonne foi, et affirme n’avoir jamais gardé un centime sur les 460 000 euros récoltés lors de ces parties de Loto. Au nom de son association « Ensemble pour l’espoir », elle reversait ses gains auprès de différentes associations qui œuvrent pour l’enfance, et à celles qui luttent contre la mucoviscidose, sans en tirer profit.