Les recettes fiscales dépendent en partie des jeux d’argent


L’économie de la France dispose d’un véritable pilier : les jeux de hasard. Des millions de Français ont pris pour habitude de jouer de l’argent sur divers jeux de hasard comme le grattage de cartes, le Loto ou encore le célèbre Euro Millions. Tous ces paris contribuent à la recette fiscale et soutiennent ainsi l’économie, indirectement.

L’économie et les jeux d’argent étroitement liés

Il est important de rappeler que la FDJ est une propriété de l’État français à hauteur de 72%. Par ailleurs, la fiscalité qui s’applique aux jeux d’argent en ligne est spécifique. Les résultats des paris hippiques et le poker en ligne sont par exemple actuellement en baisse, financièrement parlant. Malgré les démentis du ministre Pierre Moscovici, les recettes que rapportent ces jeux d’argent sont importantes, surtout durant les périodes de recul comme actuellement, où la période de crise devrait s’étaler encore sur plusieurs mois.

Il faut savoir que l’État encaisse automatiquement un impôt dès lors qu’un ticket de grattage est vendu à un joueur, qu’une grille de loto est validée, ou qu’une mise a été placée pour un évènement sportif quel qu’il soit. Les recettes fiscales se verront réduites considérablement, dans le cas où l’attrait pour ces jeux d’argent venait à baisser.

Pour soutenir l’économie, il faut bien entretenir les jeux de hasard

Les jeux de hasard fonctionnent comme n’importe quel marché, avec des codes marketing destinés aux clients, donc ici les parieurs. L’importance des investissements en actions marketing et de publicité sera prépondérante pour que les jeux d’argent aient une plus grande notoriété, et que les joueurs soient encore plus attirés par les jeux proposés.

Afin que les jeux de hasard perdurent et continuent à attirer toujours plus de joueurs, il est important que les gammes de jeu proposées soient renouvelées de manière régulière, pour que les joueurs ne ressentent pas de lassitude à force de jouer aux mêmes jeux.