Les puces électroniques vont-elles révolutionner le monde des courses hippiques ?


Le PMU a révélé vouloir doter ses chevaux de puces électroniques. Il sera ainsi possible de collecter de nombreuses informations sur la course.

Les joueurs se désintéressent des courses hippiques

Si le PMU a totalisé 10 milliards d’euros de paris en 2014, il ne séduit plus autant qu’avant. Un porte-parole de l’entreprise a récemment révélé que le nombre d’enjeux a chuté depuis le début d’année malgré l’évolution des courses vers un modèle plus ludique et beaucoup moins technique. Le PMU souhaite ainsi s’ouvrir à un public de non-initiés en rendant les courses plus accessibles et attrayantes. Comment ? En équipant certains hippodromes du tracking système qui permet de collecter de nombreuses données à l’aide d’une puce placée sous le tapis de selle. Il sera par exemple possible de relever la vitesse du cheval, son accélération, ses mouvements ou encore ses déplacements. Ces informations serviront à animer la course ou enrichir les données à disposition des parieurs au cours d’une diffusion.

Les puces permettront l’organisation de courses virtuelles

Face à la concurrence des paris sportifs, l’utilisation des puces électroniques donnera un second souffle aux courses hippiques. Les puces permettront l’organisation de courses virtuelles comme il en existe déjà en Grande-Bretagne où les courses hippiques se font sans chevaux. Le PMU ne souhaite toutefois pas encore se lancer dans une telle aventure puisqu’elle signifierait inévitablement la mort de la filière. L’entreprise veut au contraire que les courses de chevaux soient plus vivantes et touchent un plus large public. Elle envisage d’ailleurs de proposer à l’avenir des services d’accueil et de restauration.

Sources: Les Echos