Meilleurs sites de Paris Sportifs

 1. Betclic :
S'inscrire

 
 2. Bwin.fr :
S'inscrire

 
 3. PMU :
S'inscrire

 


Les Japonais seraient menacés par l’addiction

Par sophie | 2 septembre 2014

D’après une étude récente, il semblerait que 5% des personnes adultes au Japon seraient dépendants aux jeux et à Internet.

Dans un environnement où le développement technologique est à son apogée, il est facile pour les Japonais de tomber dans l’addiction. Ils seraient 5,36 millions de personnes âgées de 20 ans et plus à être dépendants aux jeux d’argent. Les jeux qui ont le plus de succès au pays du soleil levant sont le pachinko et le pachinslot : des sortes de jack-pot et de billards qui se jouent dans des salles dédiées où il y a beaucoup de fumée et de bruit.

L’auteur de cette étude, Susumu Higuchi est un directeur dans un centre dédié aux personnes dépendantes. Selon lui, la proportion des personnes dépendantes aux jeux est de 1 % dans la majorité des pays du monde, ce qui fait que les japonais se situent dans une catégorie très au dessus de la moyenne avec les 5 % évoqués plus haut. Il semblerait que ce soit un phénomène lié à l’existence de salles de pachinko un peu partout au Japon.

Aujourd’hui, le gouvernement japonais envisage de donner des autorisations aux casinos sur le sol nippon. D’après Susumu Higuchi, cela ne ferait qu’envenimer la situation. À titre d’exemple, 4,20 millions d’adultes japonais sont sous l’emprise de l’addiction à Internet. 1,20 million d’entre eux le sont même de manière maladive à cause du boom des smartphones. Ces personnes ne sont pas capables de réduire le temps qu’ils passent sur le web. Ce qui, bien évidemment influe négativement sur leur vie familiale, professionnelle et sociale. L’on craint alors que l’arrivée des casinos ne soit, à l’instar des smartphones pour l’addiction à Internet, le début du chaos.

PARIER MAINTENANT sur l'un de ces SITES (Inscription GRATUITE)

 1. Betclic :
S'inscrire

 
 2. Bwin.fr :
S'inscrire

 
 3. PMU :
S'inscrire

 






Les commentaires sont fermés.