La présidence de l’ARJEL revient à Charles Coppolani


Jean-François Vilotte vient de céder sa place à Charles Coppolani à la présidence de l’ARJEL pour un mandat de six ans.

Arjel

L’ARJEL est désormais entre les mains d’un homme de Bercy

La politique de l’ARJEL devrait connaître un certain nombre de changements avec cette récente nomination. En effet, il faut savoir que M. Coppolani s’est fait connaître en tant que chef de service du contrôle général économique et financier au ministère de l’Économie et des Finances. Il était également à la tête de l’Observatoire des jeux, institution qui dénonçait les risques associés au jeu de poker il y a quelques mois déjà. À cela s’ajoute une expérience sur la gestion du budget. Le nouvel homme fort de l’ARJEL dispose ainsi des compétences nécessaires du fait qu’il est bien informé des problématiques découlant des jeux de hasard et d’argent. Alors que Jean-François Vilotte occupait ce poste depuis la création de l’ARJEL en 2010, son successeur sera à la tête de cette entité durant un mandat de six ans, d’après la loi.

L’autorité a conscience d’un équilibre à instaurer

Le marché actuel des jeux en ligne fait face à une problématique simple : l’État recueille moins d’impôts et se voit obligé de trouver de nouveaux joueurs. Il existe alors de grandes chances pour que le phénomène d’addiction ne devienne encore plus important. L’ARJEL rassure toutefois l’opinion publique en affirmant dans un communiqué officiel que le nouveau numéro un de l’autorité de régulation a bien conscience qu’il est plus que nécessaire de trouver un équilibre entre la création de conditions favorables à l’expansion des jeux d’argent et la protection des joueurs contre l’addiction.