Les jeux d’argent en ligne ouverts à la concurrence en France


Le journal officiel a récemment confirmé l’application de la loi, relative à l’ouverture du marché français à la concurrence en ce qui concerne les jeux d’argent en ligne.

Fini le monopole de la Française des jeux et le PMU ; il vous est maintenant possible de vous tourner vers d’autres opérateurs afin de faire vos jeux. Les opérateurs privés vous proposent trois types de jeux, notamment le poker, les paris sportifs et les paris hippiques.

La nouvelle loi a été déclarée et fut même accompagnée par trois décrets d’applications : la première prend en charge l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) qui permet de délivrer des licences d’exploitation renouvelables tous les cinq ans, la seconde a pour fonction l’encadrement des conditions de délivrance de ces licences tandis que la troisième se concentre sur les compétitions et les types de résultats sportifs définis par l’Autorité de régulation des jeux en ligne.

Cette nouvelle législation prévoit de mettre en place un Comité consultatif des jeux auprès du premier ministre. Elle sera présidée par un parlementaire, comprenant un « Observatoire des jeux ». À presque une semaine de la Coupe du Monde, l’enjeu de cette nouvelle loi est colossal, surtout en ce qui concerne le nombre de joueurs français (à noter que les Français ont dépensé 22 milliards d’euros dans les jeux d’argents en ligne l’année dernière).

Cependant, tout n’est pas rose pour les nouveaux opérateurs de jeux d’argents en ligne, car la nouvelle loi ne comporte pas seulement des avantages pour eux ; l’Arjel à le pouvoir de sévir auprès de la « TGI » de Paris afin d’ordonner aux FAI (fournisseurs d’accès Internet) de bloquer l’accès à tout service non homologué. Cette mesure vise principalement à réduire le nombre d’opérateurs clandestins présents sur le net.

source: zdnet