La Française des jeux renforce sa stratégie numérique

Sous l’impulsion de Stephane Pallez, la Française des jeux se modernise. Une version mobile de son portail sera disponible dans les prochains jours et les joueurs pourront bientôt gratter leur smartphone pour toucher le gros lot.

Une nouvelle version du portail FDJ pour les mobiles

La révolution numérique de la Française des jeux est en marche. Après les deux applications mobiles pour jouer à l’EuroMillions et au Loto – sorties il y a quelque temps, mais disponibles uniquement sur iOS -, la FDJ vient de lancer une nouvelle version de son portail pour les mobiles sans distinction d’OS. Les utilisateurs ont non seulement accès aux nouvelles versions de l’EuroMillions et du Loto, mais ils pourront également acheter d’autres jeux de type tickets de grattage. Astro en est le meilleur exemple puisqu’il fonctionne à la manière des tickets classiques à la seule différence que c’est l’écran que l’on frotte pour savoir si l’on a gagné ou pas. La version du portail pour Android et Windows ne fera son arrivée qu’au mois de mai. En attendant, les utilisateurs d’iPhone ou d’iPad peuvent déjà découvrir les jeux proposés par la FDJ pour leur appareil mobile.

Séduire des joueurs plus jeunes

Avec la numérisation de ses services et le passage au mobile, la Française des jeux souhaite séduire une clientèle plus jeune. Pourquoi ? Parce que la plupart des moins de 25 ans sont accrocs aux jeux sur smartphone ou tablette. Il suffit de constater le succès de Candy Crush – 345 millions de joueurs à travers le monde – et de bien d’autres pour s’en rendre compte. Stephane Pallez, la nouvelle dirigeante de la FDJ, annonce ainsi l’arrivée prochaine de jeux faisant la part belle à la tactique et au hasard. Ces nouvelles activités devraient permettre à la société d’acquérir une nouvelle part de marché et développer ses ventes. Sur les 13 milliards de bénéfices réalisés par la FDJ au cours de l’année 2014, seuls 478 millions d’euros, soit 4 % du chiffre d’affaires, ont été consacrés au développement de sa stratégie numérique.

Source : Challenges

La FDJ vous invite à jouer au loto en groupe

La Française des jeux vient de lancer le jeu en groupe. Jusqu’à 10 personnes pourront se partager une même grille et les éventuels gains.

La grille de loto se dote d’une option supplémentaire

Le jeu en groupe fait son apparition sur la grille de loto classique. Il ne s’agit pas d’un autre jeu de la FDJ, mais d’une option supplémentaire qui vient s’ajouter en bas de la feuille déjà connue de tous. Les joueurs ont la possibilité de partager leur mise sur une même grille avec d’autres personnes. Il leur suffit de cocher la case dédiée pour pouvoir miser à plusieurs – jusqu’à dix selon la Française des jeux. Naturellement, le jackpot est partagé de façon équitable. Il n’y a aucun risque de voir les gains dissimulés ou mal distribués. Chaque joueur bénéficie d’un reçu qui lui indique la part qui lui revient : pour une grille de deux joueurs, les gains sont divisés en deux sur présentation des reçus. Pour une grille de 10 joueurs, le principe est le même.

Jouer à plusieurs pour augmenter les chances de gagner

Bien qu’une nouvelle option soit arrivée, la grille de loto est toujours soumise aux mêmes règles. Elle est également vendue au même prix et, mis à part l’option supplémentaire, elle conserve le même aspect. En misant à plusieurs, les chances de gagner sont toutefois plus importantes. Dix personnes se partageant dix grilles ont statistiquement plus de chances de remporter le jackpot qu’une personne misant seule sur une même grille. L’idée reste tout de même de miser sur des numéros différents pour être certain de trouver la bonne combinaison.

Source: Yahoo Actualités

Les puces électroniques vont-elles révolutionner le monde des courses hippiques ?

Le PMU a révélé vouloir doter ses chevaux de puces électroniques. Il sera ainsi possible de collecter de nombreuses informations sur la course.

Les joueurs se désintéressent des courses hippiques

Si le PMU a totalisé 10 milliards d’euros de paris en 2014, il ne séduit plus autant qu’avant. Un porte-parole de l’entreprise a récemment révélé que le nombre d’enjeux a chuté depuis le début d’année malgré l’évolution des courses vers un modèle plus ludique et beaucoup moins technique. Le PMU souhaite ainsi s’ouvrir à un public de non-initiés en rendant les courses plus accessibles et attrayantes. Comment ? En équipant certains hippodromes du tracking système qui permet de collecter de nombreuses données à l’aide d’une puce placée sous le tapis de selle. Il sera par exemple possible de relever la vitesse du cheval, son accélération, ses mouvements ou encore ses déplacements. Ces informations serviront à animer la course ou enrichir les données à disposition des parieurs au cours d’une diffusion.

Les puces permettront l’organisation de courses virtuelles

Face à la concurrence des paris sportifs, l’utilisation des puces électroniques donnera un second souffle aux courses hippiques. Les puces permettront l’organisation de courses virtuelles comme il en existe déjà en Grande-Bretagne où les courses hippiques se font sans chevaux. Le PMU ne souhaite toutefois pas encore se lancer dans une telle aventure puisqu’elle signifierait inévitablement la mort de la filière. L’entreprise veut au contraire que les courses de chevaux soient plus vivantes et touchent un plus large public. Elle envisage d’ailleurs de proposer à l’avenir des services d’accueil et de restauration.

Sources: Les Echos

Course hippique dans les Alpes : la prochaine saison pour juin

La prochaine saison de course hippique est prévue de débuter en juin à l’hippodrome de Marlioz d’Aix-les-Bains. La date du neuf à 16 heures est d’ores et déjà annoncée pour l’organisation d’une course de galop premium. Ce sera la première avant l’organisation de quatre autres courses similaires.

La saison des courses hippiques annoncée pour le mois de juin

L’hippodrome de Marlioz d’Aix-les-Bains accueillera ses premières courses de la saison à partir du 9 juin. Une course de galop premium est déjà prévue pour 16 heures et quatre autres courses similaires vont également suivre. Ces dernières auront lieu le dimanche 21 juin à partir de 11 heures, le mardi 23 juin à 11 h et demie, le samedi 27 juin à 17 h 30 – la première course nocturne de la saison – et le dimanche 5 juillet à 11 h. La Fête de l’hippodrome ainsi que le rassemblement de voitures de prestige sont annoncés pour les journées du 21 juin et du 5 juillet.

Des réunions de trot en pari mutuel prévues

En plus de ces événements, l’hippodrome de Marlioz d’Aix-les-Bains accueillera également des réunions de trot en pari mutuel hippodrome. Cinq réunions de ce type seront lancées les dimanches 19 juillet et 2 août à partir de 14 heures. Cette dernière journée se distinguera toutefois par l’organisation d’une course de dromadaires après celle des chevaux. Il sera même possible de monter les dromadaires le lundi 3 août. Enfin, le dimanche 9 et le lundi 10 août auront lieu les dernières courses de la saison.

Source : Le Dauphine

Il perd 1 million de dollars gagnés au loto

L’heureux gagnant d’un million de dollars au loto américain n’a pas pu toucher son lot. Motif : l’homme a perdu son ticket.

Le gagnant au loto ne s’est pas manifesté

Le gagnant d’une loterie californienne vient de perdre son lot d’une valeur d’un million de dollars. L’homme ne s’est pas manifesté lorsque le résultat du tirage a été publié. Il avait pourtant bien validé son ticket et trouvé cinq numéros gagnants. Seulement, il n’a pas suivi le tirage – réalisé en septembre – et n’était donc pas au courant de ses gains. Ce n’est que lorsqu’il est revenu au supermarché où il a acheté le ticket qu’il a appris la nouvelle par un des employés qui l’a reconnu. Malheureusement pour lui, il n’a pas pu toucher le lot réclamé aux représentants du loto. L’homme a en effet perdu son ticket et n’a pas pu prouver qu’il avait bel et bien tiré les numéros gagnants.

Le gros lot remis à des écoles publiques

Bien que les vidéos du supermarché aient permis d’identifier le gagnant de la loterie, elles n’ont pas suffi à convaincre les représentants du loto. L’Américain s’est ainsi vu repartir les mains vides, car incapable de justifier de la combinaison gagnante à cause du billet perdu. S’il a certainement été déçu d’être passé à côté d’une somme aussi importante, l’homme peut toutefois se réjouir pour d’autres personnes. Le lot d’un million de dollars a en effet été distribué à des écoles publiques californiennes et les élèves de ces établissements ont sans aucun doute été ravis d’apprendre la nouvelle. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

source: 20minutes

Accro aux jeux, elle poursuit son neurologue !

Curieuse histoire que celle de Brigitte Morue, qui accuse son médecin d’être en partie responsable de son addiction aux jeux d’argent pendant plus d’un an. Comment en est-elle arrivée à cette conclusion ? Existe-t-il une corrélation entre un traitement médicamenteux et la ludopathie ?

Addiction aux jeux et Sifrol seraient-ils liés ?

Peut-on réellement être dépendant aux jeux d’argent et jeux de casino après avoir suivi un traitement médicamenteux ? Telle est la question à laquelle devra se pencher le Tribunal de Grande Instance de Rouen, à la suite d’une plainte déposée par une dénommée Brigitte Morue. Cette dernière reproche à son neurologue d’être en partie responsable de ses troubles d’addiction aux jeux d’argent à la suite du traitement de son syndrome des jambes sans repos. Les faits remontent en 2008, lorsque le neurologue de Brigitte Morue lui prescrit le Sifrol comme traitement de son syndrome. Face au manque apparent d’amélioration, le médecin décide d’augmenter la dose du médicament à 0,70 mg par jour, alors que la limite autorisée pour le Sifrol est de 0,54 mg par jour.

 250 000 euros de dommages et intérêts

Quelques mois seulement après l’augmentation de la dose, Brigitte Morue ressent une envie pressante et permanente de jouer, l’entraînant dans une sphère de dépendance. Elle accumule jusqu’à 184 000 euros de dettes en deux ans. Pis, la patiente a tenté de se suicider deux fois en 2011. Ce n’est qu’à ce moment que le neurologue fait le lien entre le Sifrol et la ludopathie de sa patiente. Il décide alors d’interrompre le traitement. Dans les semaines qui suivent, les troubles comportementaux de la Rouennaise disparaissent. Ces successions d’évènements constituent pour elle une cause suffisante pour poursuivre son neurologue en justice, d’autant plus qu’il ne l’a pas informée des effets secondaires du Sifrol lors de son traitement. Elle exige de fait 250 000 euros de réparation du préjudice commis.

Sources : 1, 2

La Gambie interdit toutes formes de jeux d’argent

La Gambie a pris en début de semaine une décision radicale, en interdisant tous les jeux d’argent et de hasard sur son territoire. Le gouvernement justifie son choix en indiquant qu’il est urgent de lutter contre les dérives de cette industrie dans le petit État d’Afrique de l’Ouest.

Les jeux d’argent bannis de la Gambie

Personne n’aurait imaginé un tel changement radical en Gambie, pays africain de 1,8 million d’habitants, qui vient de confirmer en début de semaine l’interdiction de toutes les formes de jeux d’argent et de jeux de hasard sur son territoire. Sont concernés par ce décret présidentiel toute forme de loterie, de jeux de grattage ainsi que les paris sportifs sur le territoire de cette nation donnant sur l’Atlantique et entourée au Nord, au Sud et à l’Est par le Sénégal.

Dans le communiqué annonçant l’interdiction, la présidence explique la nécessité de cette loi afin de préserver la population gambienne contre les dérives de l’industrie des jeux ces dernières années. Le pays, surtout la capitale Banjul, connaît en effet une augmentation à un rythme effréné du nombre de boutiques de paris sportifs et de complexes hôteliers abritant des casinos.

Un choix moral

Ces établissements conduiraient le peuple gambien à délaisser les valeurs de la société, « fondée sur l’épargne et l’honnêteté » selon la présidence, au profit de valeurs « négatives » comme l’avarice et l’avidité. Le gouvernement justifie par ailleurs le décret par l’interdiction explicite ou implicite des jeux de hasard et des jeux d’argent par le Christianisme et l’Islam, ce dernier étant la religion de plus de 95 % de la population.

Dernier argument avancé par le président : l’interdiction des jeux d’argent constitue une mesure importante pour empêcher la transformation de la jeunesse gambienne en une génération d’individus accros aux jeux de hasard. Le communiqué ne précise toutefois pas comment le gouvernement compte compenser les pertes financières engendrées par cette décision, sachant que les jeux de hasard représentent depuis quelques années l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie gambienne.

source: lefigaro

Le Canada réfléchit à la légalisation des paris sportifs uniques

Autoriser les paris sportifs sur un match individuel ? Telle est la question que se posent les parlementaires et dirigeants canadiens depuis quelques mois. La réponse du Sénat est attendue dans les mois à venir.

Le Canada à l’aube de la légalisation des paris sportifs ?

Aujourd’hui, le Canada interdit les mises sur les matchs individuels, mais permet à ses citoyens de parier sur des matchs groupés. La situation pourrait changer bientôt, si le Sénat se prononce en faveur du projet de loi C-290. Ce texte apporte une modification de taille dans le Code criminel du pays, en décriminalisant les paris sportifs sur des rencontres uniques. D’abord, si les paris sportifs individuels sont légalisés, les mises ne pourront être que placées sur les rencontres entre deux équipes professionnelles. Le second volet prévoit qu’aucun pari ne peut être lancé sur une rencontre, sans l’accord de la ligue professionnelle en charge de l’organisation de l’évènement. Déjà adopté par la Chambre des communes en 2012, ce projet de loi porté par le Nouveau Parti démocratique sera soumis au vote du Sénat canadien au printemps et en automne.

Une issue incertaine

L’adoption du projet de loi par la Chambre des communes ne lui garantit pas un vote positif du Sénat. Des désaccords persistent, notamment sur les conséquences possibles de ce texte sur le paysage des paris sportifs et du sport professionnel en général au Canada. Les plus sceptiques craignent notamment la généralisation des matchs truqués – en partant de l’idée qu’influencer l’issue d’une seule rencontre est plus facile — et l’augmentation de la dépendance aux jeux de hasard, un mal qui frappe déjà plusieurs Canadiens. Les Sénateurs favorables s’appuient essentiellement sur les possibles retombées financières de la légalisation et l’amélioration de l’encadrement des jeux d’argent sur le territoire d’Ottawa. Les discussions entre les défenseurs du projet de loi et ses opposants risquent d’être serrées ce printemps…

« Mamie loto », une nouvelle condamnation dans le Nord

Le tribunal correctionnel de Dunkerque a condamné en début de semaine une femme de 64 ans, accusée d’avoir organisé des dizaines de loteries prohibées entre 2010 et 2014. En quoi les loteries organisées par cette « mamie loto » étaient-elles illégales ?

Une nouvelle « Mamie loto » condamnée

Jugée en janvier dernier pour organisation de plusieurs dizaines de loteries prohibées entre 2010 et 2014, Josiane Deprey vient d’écoper d’une peine de prison de dix mois avec sursis, assorti de 45 000 euros d’amende. Cette femme de 64 ans vivant à Wormhout, dans le Nord, subit le même sort qu’une autre « mamie loto », Yvette Bert, condamnée en novembre dernier à plus de 100 000 euros d’amende et six mois de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel de Dunkerque reproche notamment à la retraitée de ne pas avoir tenu de comptabilité et ainsi, de ne pas être capable de prouver le montant du chiffre d’affaires et des éventuels bénéfices perçus.

Organiser une loto dans les règles

Le tribunal correctionnel de Dunkerque rappelle que Josiane Deprey a déjà été condamnée pour des faits similaires en 2008. L’administration fiscale, estime quant à elle, le chiffre d’affaires de cette « maison de jeux » clandestine du Nord à environ 270 000 euros, montant sur lequel elle n’a perçu ni droits de douane ni aucune autre forme d’impôts. Cette affaire met en lumière les conditions à respecter avant d’organiser une loterie ou une tombola conforme aux dispositions légales en vigueur, dont l’ordonnance du 12 mars 2012.

La loterie doit avant tout être à but non lucratif : les bénéfices sont de fait reversés à des œuvres caritatives. Une autorisation préfectorale, obtenue en utilisant le formulaire cerfa n° 11823*02 est aussi nécessaire pour organiser un tel évènement. Aucune autorisation n’est toutefois requise, si les loteries se déroulent dans un cercle restreint de participants, si les mises sont plafonnées à 20 euros et si elles sont occasionnelles.

Prédire l’issue de 14 matchs : un parieur anglais l’a fait

Le milieu des paris sportifs réserve parfois de bonnes surprises à ses joueurs. Preuve en est l’histoire de cet Anglais, Dean Clay, qui a gagné £ 92 944 avec un pari multiple.

Un pari fou et gagnant

Pendant que l’affaire des frères Karabatic revient sur le devant de la scène, l’histoire de cet Anglais est passée presque inaperçue. Ce fan du Chelsea Football Club résidant à Southampton, a misé le week-end dernier sur 14 matchs de Premier League et de Championship en utilisant un accumulateur. Sur son bulletin, il a misé entre autres sur une victoire de Crystal Palace, de Southampton et de Chelsea, ainsi que sur les matchs nuls entre Swansea et Sunderland et ente Burley et West Brom. A sa grande surprise, toutes ses prévisions se sont réalisées. Son pari de £ 2 sur l’accumulateur lui rapporte £ 69 882, auquel le bookmaker a ajouté un bonus exceptionnel. Son gain final s’élève ainsi à £ 92 944, un montant significatif pour cet homme qui vient d’acheter une nouvelle maison et qui attend son premier enfant.

Une probabilité de gain très faible

Dean Clay reconnaît qu’il ne s’attendait absolument pas à gagner son pari multiple. Force est en effet de constater que prédire l’issue de 14 matchs, sans aucune erreur, est un évènement très rare. Le pari est d’autant plus compliqué qu’un seul faux résultat suffit à invalider toutes les autres mises, fussent-elles correctes. Les paris multiples ou accumulateurs se déroulent en effet selon le principe « tout ou rien ». Soit tous les paris se réalisent et le joueur empoche un gain équivalent à sa mise initiale multipliée par une cote égale à la multiplication de toutes les cotes de chaque match, soit le joueur perd sa mise, si une seule des prévisions ne se réalise pas.

Pages: 1 2 3 4 5 6 ... 29 Suivant